Panier

Fiche détaillée

Théroigne de Méricourt - L’amazone des Ardennes
par Fabrice Gardin

Théroigne de Méricourt - L’amazone des Ardennes
Synopsis

Un spectacle haut en couleurs qui retrace par une évocation moderne et des plongées au cœur de son histoire.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 8.00 €

« Françaises ! Je vous le répète encore, élevons-nous à la hauteur de nos destinées, brisons nos fers ! Il est temps que les femmes sortent de leur honteuse nullité où l’ignorance, l’orgueil et l’injustice des hommes les tiennes asservies depuis si longtemps ! »

(Théroigne de Méricourt, l’amazone des Ardennes.)

Un spectacle haut en couleurs qui retrace par une évocation moderne et des plongées au cœur de son histoire, le parcours extraordinaire de cette jeune fille des Ardennes partie du village de Marcourt pour devenir une égérie de la révolution française. Théroigne de Méricourt, un destin fabuleux.

Théroigne de Méricourt - L’amazone des Ardennes

  • 82 pages
  • Dimensions : 155x240 mm
  • Type : Imprimé
  • Couverture : Sftcover
  • Poids : 150
  • ISBN : 978-2-87593-096-5
Extrait en PDF
  • Théroigne de Méricourt - L’amazone des Ardennes
  • Théroigne de Méricourt - L’amazone des Ardennes

Fabrice Gardin

Fabrice Gardin est l’auteur de Les inconsolables, Destin, Anna, Une rencontre comme une autre, Une vie d’infortune, L’Hôtel idéal et Compartiment non-fumeurs. Ces pièces sont réunies dans un recueil paru aux Éditions Le Cri en septembre 2010.

Il a adapté Candide de Voltaire, L’assassin habite au 21 de S.-A. Steeman, La Souricière d’Agatha Christie, Amen (Le Vicaire) de Rolf Hochhuth, Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde.

En collaboration avec Christian Lutz, il est l’auteur des romans, Peut-être rencontrerons-nous des pintades en route (éditions Le Cri, 2006) et Davies et la mort qui tue (éditions Le Cri, 2009).

En collaboration avec Frédérique Massinon, il a écrit Décembre (éditions Samsa, 2013).

En savoir plus

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.