Samsa Editions

Fiche détaillée

Les Trois enfants-Mozart - Trois prosateurs roumains
par Constantin Abaluta, Alexandru Ecovoiu, Cristian Teodorescu

Les Trois enfants-Mozart - Trois prosateurs roumains
Synopsis

J’ai voulu ajouter ces trois noms, moins connus dans le domaine francophone, en espérant que le plaisir de découvrir se retrouve aussi du côté des lecteurs…

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 18.00

Au xxe siècle, la littérature roumaine ressemble à une énorme évasion hors de la langue maternelle. Un certain nombre d’écrivains roumains sont devenus célèbres dans le monde entier, mais pas à cause de leurs poèmes, romans ou pièces de théâtre en roumain. Paul Celan, Émile Cioran, Eugène Ionesco, Panait Istrati, Tristan Tzara, tous ont fait leurs débuts en roumain, mais ils sont connus pour leur œuvre en français ou en allemand. (…)

Mon intérêt pour la langue et les lettres roumaines a été éveillé en l’été 2001, lorsque j’ai passé un mois avec trois collègues roumains (m/f) au Collège Européen des Traducteurs Littéraires à Seneffe. Ils parlaient avec passion, humour et richesse d’un monde qui m’était complètement étranger. J’étais tout oreilles, pas le moins parce que j’avais l’impression qu’au seuil du troisième millénaire la culture à Paris battait de l’aile. Je n’avais aucune envie de rester à plat, j’étais affamé de découvrir un nouveau pays, une nouvelle langue et une nouvelle littérature.  (…)

J’ai voulu ajouter ces trois noms, moins connus dans le domaine francophone, en espérant que le plaisir de découvrir se retrouve aussi du côté des lecteurs.

                    Jan H. Mysjkin (traducteur)

Les Trois enfants-Mozart - Trois prosateurs roumains

  • 128 pages
  • Dimensions : 140 x 205 mm
  • Type : Imprimé
  • Couverture : Softcover
  • Poids : 350
  • ISBN : 978-2-87593-230-3
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Les Trois enfants-Mozart - Trois prosateurs roumains
  • Les Trois enfants-Mozart - Trois prosateurs roumains

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.