Samsa Editions

Fiche détaillée

Le Mont des Oliviers
par Marie-Thérèse Bodart

Le Mont des Oliviers
Synopsis

Deux sœurs aiment le même homme. La première, Christiane, va commettre un crime passionnel. Tandis que la seconde, Agnès Pierrefeu, jalouse et même haineuse, entre au couvent…

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 18.00

Deux sœurs aiment le même homme. La première, Christiane, va commettre un crime passionnel. Tandis que la seconde, Agnès Pierrefeu, jalouse et même haineuse, entre au couvent, et devient moniale dans un ordre de « réparation » où la vie quotidienne se révèle très dure : sa vocation est-elle sincère? Fuit-elle le monde? Ou se retrouve-t-elle portée par un véritable besoin d’approfondissement spirituel? «Alors, où est-elle la solidarité de toute l’espèce humaine?» s’interroge la romancière et, au milieu du xxe siècle, elle ajoute ce commentaire : « La spiritualité de notre époque, me paraît complémentaire de nos appétits matériels ». 

Une question d’autant plus cruciale de nos jours, avec le «retour du religieux» sous toutes ses formes (extrémismes, néopaganismes, ou bricolage spirituel).

Après la réédition de La Moisson des Orges (Samsa, 2021), Le Mont des Oliviers, ici préfacé par Pascale Toussaint, est un roman intemporel, dont les interrogations concernent toutes les époques. On y retrouve la puissance d’évocation caractéristique dans l’œuvre de Marie-Thérèse Bodart, et la profondeur du questionnement sur les passions humaines, mais aussi le côté «visionnaire» (selon la formule de Jacques De Decker).

Le Mont des Oliviers

  • 160 pages
  • Dimensions : 140x205 mm mm
  • Type : livre
  • Couverture : softcover
  • Poids : 0,300
  • ISBN : 978-2-87593-396-6
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Le Mont des Oliviers
  • Le Mont des Oliviers

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.