Samsa Editions

Fiche détaillée

Werefkin-Jawlensky - L’Homme à qui j'ai tout donné
par Mathilde Maupin

Werefkin-Jawlensky - L’Homme à qui j
Synopsis

Voici l’histoire d’une relation difficile entre deux peintres importants, Marianne Werefkin et Alexej Jawlensky. Cette relation houleuse et tragique va durer près de trente ans…

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 16.00

Voici l’histoire d’une relation difficile entre deux peintres importants, Marianne Werefkin et Alexej Jawlensky. Cette relation houleuse et tragique va durer près de trente ans. Tous deux sont russes. Elle est aristocrate, lui militaire vivant chichement. C’est en Russie qu’ils se sont formés, au début du xxe siècle, avant de s’installer à Munich.

Dans cette ville, ils côtoieront tous les mouvements de l’avant-garde artistique. Le salon de Marianne Werefkin sera un point de convergence des meilleurs artistes de toutes les disciplines de l’époque. Elle développera une théorie de la peinture qui conduira à l’expressionisme allemand et à l’abstraction. Son talent sera reconnu par les plus grands.

Pour permettre l’éclosion d’Alexej Jawlensky et faire de lui un peintre renommé, elle décidera de s’absternir de peindre pendant dix ans. 

La Première Guerre mondiale les obligera à quitter Munich pour rejoindre la Suisse. Ils continueront tous deux à affiner leurs talents, d’abord sur le Lac Léman, puis à Zurich et à Ascona.

Marianne Werefkin finira sa vie à Ascona, loin de Jawlensky, dans la misère, mais après avoir réalisé ce qu’elle souhaitait : faire de son ami un peintre reconnu.

Werefkin-Jawlensky - L’Homme à qui j'ai tout donné

  • 92 pages
  • Dimensions : 140x205 mm mm
  • Type : livre
  • Couverture : softcover
  • Poids : 550 gr
  • ISBN : 978-2-87593-390-4
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Werefkin-Jawlensky - L’Homme à qui j'ai tout donné
  • Werefkin-Jawlensky - L’Homme à qui j'ai tout donné

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.