Samsa Editions

Fiche détaillée

Célestin Freinet - UPT cahier n°3
par Jean-Claude Idée, Michel Onfray

Célestin Freinet - UPT cahier n°3
Synopsis

Ce fut pour moi l’occasion de faire le bilan d’une quarantaine d’années d’enseignement et de constater que mon expérience pédagogique m’avait amené à partager la plupart des convictions de Célestin Freinet.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 15.00

Je ne me suis penché que récemment sur la vie de Célestin Freinet à l’occasion de l’inscription d’une de mes filles à De l’autre côté de l’école, école secondaire à pédagogie Freinet qui a ouvert ses portes à Auderghem, en région bruxelloise en 2014.

Au fil de mes lectures, je suis allé de découverte en découverte, de surprise en surprise avec un enthousiasme croissant et un fort effet de reconnaissance. 

Ce fut pour moi l’occasion de faire le bilan d’une quarantaine d’années d’enseignement et de constater que mon expérience pédagogique m’avait amené à partager la plupart des convictions de Célestin Freinet. 

Comme Monsieur Jourdain pour la prose, je faisais donc depuis longtemps de la pédagogie Freinet sans le savoir. 

Je crois à présent que ses propositions, encore insuffisamment reconnues et appliquées, méritent d’être rappelées et répandues, car elles sont l’une des clefs de l’avenir. Dans l’obscurité chaotique que nous traversons, chacun reconnaît enfin que l’enseignement et la culture sont des voies essentielles pour retrouver la lumière, pour pacifier et harmoniser nos sociétés. 

Jean-Claude Idée

Célestin Freinet - UPT cahier n°3

  • 140 pages
  • Dimensions : 155x240 mm
  • Type : imprimé
  • Couverture : softcover
  • Poids : 300
  • ISBN : 978-2-87593-053-8
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Célestin Freinet - UPT cahier n°3
  • Célestin Freinet - UPT cahier n°3

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.