Panier

Samsa Editions

Fiche détaillée

Relire la Légende d'Ulenspiegel - Textyles 54
par Jean-Marie Klinkenberg

Relire la Légende d
Synopsis

C’est à l’univers des continuateurs, des relecteurs et des transmetteurs du grand texte de De Coster que la revue Textyles consacre le numéro qu’elle publie à l’occasion du cent-cinquantième anniversaire de la publication de l’Ulenspiegel.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 15.00

La Légende d’Ulenspiegel, de Charles De Coster, est souvent vue comme le texte fondateur de la littérature belge. Quelque mythique que soit ce jugement, cette Légende est peu à peu devenue le pivot de l’historiographie des lettres belges, qui n’a cessé de l’interroger pour en montrer la complexité foisonnante.

C’est aussi un texte qui a constamment inspiré les créateurs de tous horizons. La Légende a en effet engendré son lot d’adaptations – théâtre, film, bande dessinée, réécriture pour enfants, opéra… – mais aussi inspiré maintes œuvres originales. Dans ces textes, on constate souvent le retour d’éléments empruntés à l’Uilenspiegel traditionnel, mariés avec des éléments proprement costériens. Ces continuations et ces adaptations ont largement ouvert l’éventail des interprétations de l’œuvre.

C’est à l’univers des continuateurs, des relecteurs et des transmetteurs du grand texte de De Coster que la revue Textyles consacre le numéro qu’elle publie à l’occasion du cent-cinquantième anniversaire de la publication de l’Ulenspiegel.

Relire la Légende d'Ulenspiegel - Textyles 54

  • 218 pages
  • Dimensions : 160X245 mm
  • Type : Imprimé
  • Couverture : softcover
  • Poids : 500
  • ISBN : 978-2-87593-222-8
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Relire la Légende d'Ulenspiegel - Textyles 54
  • Relire la Légende d'Ulenspiegel - Textyles 54

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.