Panier

Samsa Editions

Fiche détaillée

Pour l’amour de l'art - Münter-Kandinsky (1902-1917)
par Francisco Rubio

Pour l’amour de l
Synopsis

Voici un livre fascinant qui retrace la relation amoureuse impossible entre deux grands peintres, relation qui se situe au cœur de l’art moderne…

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 20.00

Ce livre retrace la relation amoureuse entre Gabriele Münter et Wassily Kandinsky depuis leur rencontre en 1902 à Munich jusqu’à leur séparation définitive en 1917 à Stockholm.

Pendant ces quinze années, faites de ruptures et de retrouvailles entre les deux peintres, c’est l’histoire de l’art du début du xxe siècle qui défile. 

À travers eux, on appréhende tous les courants des avant-gardes européennes et toutes les personnalités qui les représentent de Paris à Berlin, de Munich à Bruxelles. Klee, Delaunay, Jawlesky, Werefkin, Schönberg sont des familiers. Expressionnisme, Cubisme, Blaue Reiter, Futurisme, Art Nouveau, sont au centre de leurs débats.

Mais ce roman historique s’attache aussi à retracer la personnalité de Gabriele Münter, femme peintre méconnue en France, pour laquelle il n’existe aucune biographie en français alors qu’en Allemagne elle est une véritable icône de l’art moderne. 

En forme de conclusion le roman décrit comment, à la fin de sa vie, Gabriele Münter, décédée en 1962, outre ses propres œuvres, dévoile et fait don au musée de Munich d’un trésor caché depuis plus de cinquante ans: la plus grande collection d’œuvres de Kandinsky.

Pour l’amour de l'art - Münter-Kandinsky (1902-1917)

  • 170 pages
  • Dimensions : 140x205 mm mm
  • Type : Livre
  • Couverture : Softcover
  • Poids : 650 gr
  • ISBN : 978-2-87593-360-7
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Pour l’amour de l'art - Münter-Kandinsky (1902-1917)
  • Pour l’amour de l'art - Münter-Kandinsky (1902-1917)

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.