Samsa Editions

Fiche détaillée

Les fauteurs de guerre et la paix des cimetières - Propos d'un « idiot utile »
par Maxime Benoît-Jeannin

Les fauteurs de guerre et la paix des cimetières - Propos d
Synopsis

Voici une analyse vigoureuse sur les préparatifs de guerre de l’Occident contre la Fédération de Russie.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 10.00

Voici une analyse vigoureuse sur les préparatifs de guerre de l’Occident contre la Fédération de Russie.

Or, le grand danger de cette guerre est que la Russie est une puissance nucléaire qui ne le cède en rien sur ce point aux États-unis, sauf qu’évidemment, les États-Unis et l’OTAN sont plus puissants militairement, économiquement, financièrement que la Russie. Donc, la Russie, si elle est attaquée, n’aura d’autre choix que d’employer l’arme nucléaire. Le tout est de savoir qui tirera le premier.

Les destructions humaines et matérielles seront tellement énormes qu’il est illusoire de croire qu’une « victoire » est possible. D’après l’auteur, la seule solution, si l’on veut échapper à la destruction de la civilisation européenne, est la coopération avec la Russie.

Maxime Benoît-Jeannin veut la paix entre toutes les nations. N’étant pas russophobe, il sera sans doute traité d’« idiot utile » par les maccarthystes de tous poils…

Les fauteurs de guerre et la paix des cimetières - Propos d'un « idiot utile »

  • 74 pages
  • Dimensions : 100x170 mm
  • Type : Imprimé
  • Couverture : softcover
  • Poids : 75
  • ISBN : 978-2-87593-143-6
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Les fauteurs de guerre et la paix des cimetières - Propos d'un « idiot utile »
  • Les fauteurs de guerre et la paix des cimetières - Propos d'un « idiot utile »

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.