Panier

Samsa Editions

Fiche détaillée

Martha Argerich - L’art des passages
par Véronique Bergen

Martha Argerich - L’art des passages
Synopsis

Il  s’agit du premier essai consacré à une musicienne unique et phénoménale, venant après la biographie d’Olivier Bellamy.

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 18.00

Cet essai consacré à la légendaire pianiste Martha Argerich évoque l’univers Argerich au travers d’une série d’entrées: choix d’œuvres musicales qu’elle interprète, approches de son jeu, constellation de ses amis musiciens, galerie de portraits de ses confrères d’élection, de ses compositeurs de prédilection…

 En filigrane de l’ouvrage, des réflexions sur l’essence, les puissances, les sortilèges de la musique, sur la sonorité, la vitesse. Qu’est-ce que créer une sonorité? De quoi la vitesse est-elle le nom? Comment définir les traits stylistiques du jeu argerichien? Qu’est-ce qu’interpréter? Comment la musique agit-elle sur le corps, les sens du musicien et du public

Il  s’agit du premier essai consacré à une musicienne unique et phénoménale, venant après la biographie d’Olivier Bellamy.

Martha Argerich - L’art des passages

  • 162 pages
  • Dimensions : 140x205 mm
  • Type : livre
  • Couverture : softcover
  • Poids : 300 gr
  • ISBN : 978-2-87593-366-9
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Martha Argerich - L’art des passages
  • Martha Argerich - L’art des passages

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.