Samsa Editions

Fiche détaillée

Magie du capitalisme
par Albert Ayguesparse, Albert Ayguesparse

Magie du capitalisme
Synopsis

De ses croissances à ses régressions, de ses enjeux à ses défaites, vous tenez entre les mains le Radeau de la Méduse sur lequel s’est peut-être réfugiée l’obsolescence programmée d’un modèle de société sans issue. On assite à une dialectique historique qui oscille entre Géricault et l’infini.

 

Disponibilité: En stock

Quantité
  • 16.00

 

1933.

Albert Ayguesparse nous livre notamment une vision lucide de la genèse et du destin de nos sociétés capitalistes occidentales. On est frappé, à la lecture de son essai, tant on se dit qu’il aurait pu être écrit hier, sans y déplacer une virgule. On croit y deviner déjà comme des populations de «gilets jaunes», les manques et les besoins insondables d’un système économique emballé où le libre arbitre et l’humanisme n’ont plus vraiment voix au chapitre, où l’arbitraire et la croissance infinie – dans un monde pourtant fini – règnent en maîtres.

Il ne manque rien, sinon peut-être ce qu’Ayguesparse ne pouvait escompter au moment où il écrit, à savoir les Identités meurtrières (1998) et Le Naufrage des civilisations (2019) d’Amin Maalouf, qui pourraient s’accrocher de manière redoutable à la suite de Magie du Capitalisme (1933) d’Ayguesparse.

De ses croissances à ses régressions, de ses enjeux à ses défaites, vous tenez entre les mains le Radeau de la Méduse sur lequel s’est peut-être réfugiée l’obsolescence programmée d’un modèle de société sans issue. On assite à une dialectique historique qui oscille entre Géricault et l’infini.

 

 

 

 

Magie du capitalisme

  • 110 pages
  • Dimensions : 140x205 mm
  • Type : Livre
  • Couverture : softcover
  • Poids : 500
  • ISBN : 978-2-87593-234-1
  • Maison d'édition : SAMSA Editions
Extrait en PDF
  • Magie du capitalisme
  • Magie du capitalisme

Dernières parutions

Ripple-Marks - roman par Jean Muno
En résumé

Ripple-marks (1976) est peut-être le plus grave des livres de Muno.

En résumé

Le texte que vous allez lire s’adresse non seulement à tous les acteurs politiques, culturels, sociaux mais aussi à tous les ennemis de la bêtise. Lorsque l’état se met à conclure des pactes, surtout d’excellence, on confine au paroxysme de la régression. Déjà que le mot pacte évoque le diable, deux parties qui pourraient ne pas être d’accord (et qui semblent ne pas l’être dans les faits), et puis d’« excellence », sorte de prétention qui pourrait laisser entendre qu’il existe, quelque part, une médiocrité à combattre, voire une bêtise à relever (lire à ce propos L’homme est bête et l’a toujours été, de Roger Avermaete), ce qui pointe vers une prise de conscience d’une déréliction lente – qui ne date pas d’hier.