Samsa Editions

Nos auteurs

Résultats 91 à 100 sur 138
Stéphanie Manneh
Stéphanie Manneh

Stéphanie Manneh est avocate au barreau de Bruxelles.

Les enfants du droit - Essai sur le paternalisme juridique
Annie Massacry
Annie Massacry

Annie Massacry est née en 1942 à Saint-Denis-du-Sig en Algérie. Après des études de langue et civilisation espagnoles à la Sorbonne et une carrière de professeur, elle se consacre à l’écriture. Sa formation universitaire et son éclectisme la portent tout naturellement vers des styles et des univers littéraires multiples. Après l’épopée et la veine hispanique dans Nos vies sont des rivières, le roman naturaliste à la française avec Les épopées tranquilles, elle dévoile, avec Julio et moi, une nouvelle facette de son talent : son style, brillant, rappelle les épistoliers du XVIIIe siècle. Elle nous livre aujourd’hui Angola, entre les brumes de nos mémoires, où et Les Balcons de Mostaganem, son art de conteuse flirte avec celui de Joyce, Faulkner et Borges…

Nos Vies sont des rivières
Les Épopées tranquilles
Julio et Moi
Angola - entre les brumes de nos mémoires
Les Balcons de Mostaganem
QUE FAIRE 2 - périodique
QUE FAIRE 3 - périodique
QUE FAIRE 3 - périodique
Frédérique Massinon
Frédérique Massinon

Frédérique Massinon est auteure et comédienne.

Décembre - samsa
Mathilde Maupin
Mathilde Maupin

Mathilde Maupin est germaniste de formation, psychologue et directrice d’un centre d’information et d’orientation  pour adolescents dans la Somme (France). Ce livre raconte l’histoire d’une passion. Elle est passionnée par l’art. Depuis plusieurs années, elle concentre ses travaux sur les avant-gardes en Europe et, plus particulièrement, ceux de l’Allemagne, et des femmes peintres (parmi lesquelles Marianne Werefkin occupe une place à part). Théoricienne de l’art, peintre de talent et compagne d’Alexej Jawlensky, elle s’est effacée pour lui permettre  de s’affirmer

Werefkin-Jawlensky - L’Homme à qui j'ai tout donné
Alain Meynen
Alain Meynen

Alain Meynen (1955) a étudié l’histoire à l’Université de Bruxelles. Dans les années ’80, il a été assistant à cette université, en particulier dans les cours d’histoire contemporaine. Au début des années ’90, il a travaillé comme chercheur à des rapports gouvernementaux sur la politique de migration, l’exclusion, la pauvreté et l’insécurité. Il a publié des articles sur la politique économique et sociale, l’économie politique, l’histoire belge de l’après-guerre et l’histoire des systèmes de pensée : le fascisme et le racisme.

Histoire politique de la Belgique - de 1830 à nos jours
Jean Muno
Jean Muno

Jean Muno (1924-1988), pseudonyme de Robert Burniaux, est une des personnalités les plus attachantes des lettres belges du siècle dernier. Ses récits, qu’il s’agisse de nouvelles ou de romans, sont empreints d’un sens aigu de l’insolite et d’une dérision nourrie d’un humour raffiné qu’une révolte contenue rend d’autant plus mordant. Son œuvre très personnelle est jalonnée de romans au fantastique quotidien (L’homme qui s’efface, Le Joker, L’Hipparion) et de recueils de nouvelles magistrales (Histoires griffues, Histoires singulières qui lui valut  le prix Rossel) qui font de lui un représentant majeur de l’école belge de l’étrange illustrée par Jean Ray, Thomas Owen ou Jean-Baptiste Baronian. Son œuvre recèle aussi le texte majeur qu’est Ripple-marks, plongée autobiographique d’une lucidité ironique, et la décapante Histoire exécrable d’un héros brabançon.

L’Île des pas perdus - roman
Les Petits Pingouins - Conte de Noêl
Ripple-Marks - roman
Coffret Muno 3 titres - 3 romans
Entre les lignes - récits illustrés
Anne Neuckens
Anne Neuckens

Anne Neuckens est licenciée en philologie et histoire slave de l’Université libre de Bruxelles. Elle a travaillé à l’archivage à la Cinémathèque royale de Belgique avant d’être assistante culturelle et programmatrice pour diverses émissions de la RTBF. Elle fut également filmothécaire adjointe au service d’archivage et de conservation des documents filmés de la RTBF (IMADOC).

Les Vieux ne meurent jamais vraiment - Le Troisième âge au service du Quatrième
Christiane Nüsslein-Volhard
Christiane Nüsslein-Volhard

Christiane Nüsslein-Volhard est une biologiste du développement allemande. Elle a obtenu le prix Albert Lasker en 1991 et le prix Nobel de médecine et de physiologie en 1995 avec Edward B. Lewis et Eric Wieschaus pour ses recherches sur le contrôle génétique du développement embryonnaire avec la mouche du vinaigre comme objet d’étude. Depuis 1995, elle dirige l’Institut Max Planck pour la biologie du développement à Tübingen où elle dirige aussi le département de génétique.

De la beauté des animaux - Évolution de l’esthétique en biologie
Michel Onfray
Michel Onfray

Michel Onfray, philosophe français, est né le 1 janvier 1959 à Argenta (Orne). Il défend une vision du monde hédoniste, épicurienne et athée. Sa pensée est principalement influencée par des philosophes tels que Nietzche et Épicure, par l'école cynique, par le matérialisme français et l’anarchisme proudhonien.

Jaurès - UPT Cahier n°2 Jaurès
Parce que c'était lui - UPT Cahier n°1
Célestin Freinet - UPT cahier n°3
Désiré-Joseph d’ Orbaix
Désiré-Joseph d’ Orbaix

Désiré-Joseph d’Orbaix (pseudonyme de D.-J. Debouck) est né à Thorembais-les-Béguines (Hesbaye) en 1889 et décédé à Uccle (Bruxelles) en 1943. Parmi les écrivains belges d’expression française, il fut l’un des plus importants de l’entre-deux-guerres. Fils du maître d’école de son village natal, il choisit aussi le métier d’instituteur, qu’il exerça dès l’âge de 19 ans, à Saint-Gilles, pendant une dizaine d’années. Ensuite, il tâta du journalisme à Paris, puis à Bruxelles au journal Le Soir, avant de devenir inspecteur de l’enseignement.

Il commença son œuvre par des contes et fonda avec Alex Pasquier, en 1919, la revue La Bataille littéraire, qui fut publiée jusqu’en 1924. Il opta pour son pseudonyme avec Le Don du Maître, qui le révéla au grand public. Il fut l’auteur de deux romans, Le Temps des coquelicots (1926, traduit en néerlandais) et Le Cœur imaginaire (1943). Néanmoins, il fut plus fécond en ouvrages poétiques : ceux-ci, édités à partir de 1932, lui valurent plusieurs prix littéraires ; retenons surtout Ciels perdus (1932), Le Village envolé (1937), Les Complaintes de l’absence (1941) et Cérès ou l’argile qui vit (publié à titre posthume en 1954). La Commune d’Uccle, où l’écrivain résida de 1925 jusqu’à sa mort, a inauguré une avenue d’Orbaix en 1955. La démarche poétique de l’auteur a été reprise par sa fille aînée, Marie-Claire d’Orbaix (1920-1990), dont l’œuvre initiale, La Source perdue (1948), fut dédiée à la mémoire de son père.

Le Don du Maître